Let's get started

In ac libero urna. Suspendisse sed odio ut mi auctor blandit. Duis luctus nulla metus.

La Princesse de Clèves, scène du bal, la rencontre : texte | commentaire composé

 

la princesse de clèves la rencontre

La Princesse de Clèves n'est assurément pas un roman populiste: quand les personnages font leurs courses, c'est seulement pour acheter des pierreries. Voir p. «M. de Clèves la regardait avec admiration, et il ne pouvait comprendre qui était cette belle personne qu'il ne connaissait point. Il voyait bien par son air, et par tout ce. Elle voyait qu'il prenait des liaisons avec la reine ; de sorte que le connétable la trouva disposée à s'unir avec lui, et à entrer dans son alliance, par le mariage de mademoiselle de La Marck, sa petite fille, avec monsieur d'Anville, son second fils, qui succéda depuis à sa charge sous le règne de Charles IX. Le La Princesse de Clèves. La Princesse de Clèves. La rencontre chez le joaillier.. Recherche parmi + dissertations. Par Théo Patron • 25 Juin • Commentaire de texte • 1 Mots (6 Pages) • 1 Vues. Page 1 sur 6. Mme de Lafayette. La Princesse de Clèves. La rencontre chez le joaillier/5(1).


La rencontre au bal


Lorsqu'elle arriva, l'on admira sa beauté et sa parure; le bal commença et, comme elle dansait avec M. Mme de Clèves acheva de danser et, pendant qu'elle cherchait des yeux quelqu'un qu'elle avait dessein de prendre, le roi lui cria de prendre celui qui arrivait. Elle se tourna et vit un homme qu'elle crut d'abord ne pouvoir être que M. Ce prince était fait d'une sorte qu'il était difficile de n'être pas surprise de le voir quand on ne l'avait jamais vu, surtout ce soir-là, où le soin qu'il avait pris de se parer augmentait encore l'air brillant qui était dans sa personne; mais il était difficile aussi de voir Mme de La princesse de clèves la rencontre pour la première fois sans avoir un grand étonnement.

Quand ils commencèrent à danser, il s'éleva dans la salle un murmure de louanges, la princesse de clèves la rencontre. Le roi et les reines se souvinrent qu'ils ne s'étaient jamais vus, et trouvèrent quelque chose de singulier de les voir danser ensemble sans se connaître. Ils les appelèrent quand ils eurent fini sans leur donner le loisir de parler à personne et leur demandèrent s'ils n'avaient pas bien envie de savoir qui ils étaient, et s'ils ne s'en doutaient point.

La reine les interrompit pour faire continuer le bal; M. Cette princesse était d'une parfaite beauté et avait paru telle aux yeux de M. Le chevalier de Guise, qui l'adorait toujours, était à ses pieds, et ce qui se venait de passer lui avait donné une douleur sensible. Il le prit comme un présage que la fortune destinait M.

Mme de Clèves revint chez elle, la princesse de clèves la rencontre, l'esprit si rempli de tout ce qui s'était passé au bal que, quoiqu'il fût fort tard, elle alla dans la chambre de sa mère pour lui en rendre compte; et elle lui loua M.

La scène célèbre de la rencontre entre Mme de Clèves et M. Si Mme de Lafayette ne nous a donné aucune indication chronologique qui nous permette de connaître d'une façon précise combien de temps s'est écoulé entre les deux événements, c'est, en effet, moins de deux pages seulement après avoir évoqué en quelques lignes le mariage de M.

Mme de Lafayette a fait le portrait de M. Il a donc envoyé en Angleterre, pour sonder les intentions de la reine, son homme de confiance, un jeune gentilhomme du nom de Lignerolles, et lui-même s'est installé à Bruxelles en attendant l'issue de sa mission. Ce n'est évidemment pas le hasard, ou plutôt c'est un hasard voulu et soigneusement calculé par la romancière qui éloigne de la cour M.

Mme de Lafayette voulait que la princesse de clèves la rencontre deux personnages ne se rencontrent que lorsque Mlle de Chartres serait devenue Mme de Clèves. Elle ne fait donc revenir M. Lignerolles l'ayant informé qu'il avait mené à bien sa mission, M.

Par un nouveau hasard toujours voulu par la romancière, il n'arrive à Paris que la veille même des fiançailles, et le soir, de sorte qu'en se rendant le lendemain au bal donné en l'honneur de ces fiançailles, la princesse de clèves la rencontre, Mme de Clèves ne saura pas qu'elle va y rencontrer M. Mais, nous le savons, si Mme de Clèves n'a encore jamais vu M. C'est sur ces lignes, que nous avons déjà citées dans notre précédente étude, que se termine le paragraphe qui précède notre passage.

Si Mme de Clèves ne s'attend pas à rencontrer M. Ce passage comporte trois grands moments. Le premier, qui est constitué par les deux premiers paragraphes, nous fait assister à la rencontre de Mme de Clèves et de M. Cette situation très singulière permet à Mme de Lafayette de nous faire assister ensuite, et ce sera le deuxième moment de ce passage, à la scène de la présentation des deux personnages qui va prendre une forme très particulière, puisqu'ils vont être invités à reconnaître qu'ils n'ont pas besoin qu'on les présente l'un à l'autre.

Cette courte scène, où les deux héros du roman, pour ce premier dialogue, ne se parlent que par personnes interposées, constitue évidemment le moment le plus intéressant et le plus important du passage, et cela à cause, principalement, du refus de Mme de Clèves d'avouer qu'elle a reconnu M. Il ne reste plus ensuite à Mme de Lafayette, et c'est le troisième moment du passage, qu'à faire en quelque sorte le bilan de la rencontre, la princesse de clèves la rencontre, en nous laissant deviner que ses deux héros sont déjà amoureux l'un de l'autre.

Elle le suggère d'une manière assez claire pour M. Elle le suggère d'une manière apparemment plus ambiguê pour Mme de Clèves, en nous faisant part des soupçons d'abord du chevalier de Guise, que semblent confirmer ensuite ceux de Mme de Chartres. La première phrase nous indique très rapidement dans quelles circonstances et dans quel cadre Mme de Clèves va rencontrer M.

Ce cadre et ces circonstances sont très différents de ceux dans lesquels M. Mme de Clèves et M. S'ils ne se connaissent pas encore, l'un et l'autre sont parfaitement en état de deviner sans peine qui est l'autre, et, quand ils ne le pourraient pas, toutes les personnes présentes seraient là pour le leur dire.

Si Mme de Lafayette a pris soin de nous apprendre que Mme de Clèves avait passé toute la journée à se parer, elle ne prend pas la peine de nous donner la moindre indication précise sur le résultat de tant de préparatifs et nous laisse toute liberté pour imaginer la toilette de son héroïne, à la condition, bien entendu, que nous ne sortions pas du plus parfait bon goût, que nous nous gardions bien d'affubler par la pensée Mme de Clèves d'une défroque impossible ou d'un accoutrement extravagant, et que nous nous abstenions surtout de lui prêter toute tenue qui pût, si peu que ce fût, braver l'honnêteté.

Mme de Lafayette n'est assurément pas Balzac. Les descriptions ne l'intéressent aucunement et elle ne donne quasi jamais d'autres indications que celles qui sont strictement nécessaires pour comprendre ce qui se passe. Elle n'a qu'une hâte, c'est que le bal commence, car il ne faut surtout pas que M. Et elle est fort inquiète, car elle sait que M. Toute plaisanterie mise à part, il fallait absolument que M. Car, s'il n'était pas arrivé en retard, les deux personnages auraient nécessairement été présentés l'un à l'autre avant de danser ensemble.

On le voit, l'arrivée de M. Toujours est-il, et, comme par hasard, cela ne manque pas de faire l'affaire de la romancière, qu'au lieu de désigner M. Elle sait tout de suite que l'homme la princesse de clèves la rencontre voit ne peut être que M. Elle le reconnaît non seulement parce qu'il répond à l'image très séduisante qu'elle s'était faite de lui, mais aussi et plus encore parce que cette image lui semble soudain inadéquate, le duc de Nemours réel lui paraissant encore plus séduisant que celui dont elle avait rêvé.

Et cela aussi, elle l'avait rêvé. Elle est d'autant plus surprise que M. Rien d'étonnant donc si M. Mme de Clèves a vu M. Mme de Lafayette a sans doute voulu ainsi donner quelques secondes à son la princesse de clèves la rencontre pour se remettre un peu d'une surprise que, sans en avoir vraiment conscience, elle craint certainement de laisser paraître si peu que ce soit. En revanche, M.

Mais, à la différence de Mme de Clèves, M. Mme de Lafayette n'ayant pas cru bon de nous dire de quelle manière il avait su exprimer son admiration, il est difficile de le savoir de façon précise. Mme de Clèves et M de Nemours sont l'un et l'autre les deux êtres les plus beaux de toute la cour, la princesse de clèves la rencontre, et l'un et l'autre semblent être ce soir-là encore plus brillants, si faire se peut, qu'ils ne l'ont jamais été. Rien d'étonnant, par conséquent, s'ils deviennent le point de mire de tous les regards et l'objet de l'admiration générale.

Mais, comme celle de M. A la suite du roi qui leur a ordonné de danser ensemble, c'est toute la cour qui semble ainsi se plaire à les accoupler. Mais ces deux êtres qui semblent si bien faits l'un pour l'autre, ces deux êtres, que non seulement toute la cour connaît, mais qui en sont l'un et l'autre, pour la beauté, les deux figures les plus en vue, ces deux êtres qui dansent ensemble, la princesse de clèves la rencontre, ces deux êtres ne se connaissent point.

On le voit, le roi et les reines n'ont pas réalisé immédiatement que Mme de Clèves et M. Mais, dès qu'ils en auront pris conscience, le roi et les reines ne vont pas manquer de deviner que Mme de Clèves et M. Grâce à la curiosité du roi et des reines, les choses vont pouvoir se passer exactement comme le souhaitait la romancière. Il n'aurait servi à rien, en effet, que M. Heureusement, le roi et les reines qui tiennent à mener à bien leur petite expérience, vont les faire venir sans leur la princesse de clèves la rencontre le temps de se parler ou de parler à qui que ce soit, afin de pouvoir vérifier qu'ils se sont bien reconnus alors qu'ils ne s'étaient jamais vus.

Aussi Mme de Lafayette qui a utilisé jusque-là le style indirect pour les propos du roi et des reines, va maintenant utiliser le style direct pour nous faire entendre les propos de M. Invité à reconnaître qu'il a bien su deviner que sa cavalière était Mme de Clèves, M. C'est à la reine dauphine que s'adresse M.

Mais c'est la reine dauphine qui va lui répondre, et c'est sans doute elle, par conséquent, qui a demandé aux deux danseurs s'ils n'avaient pas deviné qui ils étaient. C'est sans doute elle, d'ailleurs, qui a eu l'idée d'organiser ce petit test, et l'intérêt qu'elle porte à M. Quoi qu'il en soit, M. Il prouve qu'il a bien reconnu Mme de Clèves en la nommant, mais il le fait d'une manière élégante et subtile.

Mais les personnages de La Princesse de Clèves ne sont assurément pas des rustres et M. Avec tact et discrétion, il va dissocier son cas de celui de Mme de Clèves. Cela lui permet en même temps, la princesse de clèves la rencontre, avec une modestie peut-être fausse, mais assurément de bon ton, de suggérer que lui-même ne peut prétendre être reconnu aussi facilement, et donc de demander à la reine dauphine de bien vouloir le présenter à celle qui a été sa cavalière, la princesse de clèves la rencontre.

N'en doutons pas, elle en est tout à fait sûre, et d'ailleurs on en aura la preuve avec sa prochaine réplique. L'intérêt qu'elle porte à M. Et peut-être a-t-elle eu, de plus, l'occasion de remarquer, en lui parlant de M. En disant à M. Mme de Clèves ne connaît M. Elle nous apprend, en revanche, en notant ce léger embarras que Mme de Clèves ne peut s'empêcher de laisser paraître, que M.

L'embarras que semble faire naître ou augmenter la réplique de la dauphine, et qui pourrait n'être interprété que comme une simple marque de réserve ou de timidité, est le signe extérieur de quelque chose de plus profond. La réponse de Mme de Clèves constitue évidemment un mensonge puisqu'elle a reconnu immédiatement et sans la moindre hésitation M. Mais elle se garde bien de dire qu'elle n'a aucune idée de l'identité de celui avec qui elle a dansé, car, outre qu'elle n'aurait aucune chance d'être crue, ce serait quelque peu discourtois.

On le voit, cette fois-ci, car sans doute a-t-elle été quelque peu agacée de voir que Mme de Clèves avait voulu lui en faire accroire, elle n'a plus recours à la litote. Si le dialogue central est assurément, comme le note M. La reine dauphine a recours à un raccourci d'expression.

Elle veut dire que non seulement le refus de Mme de Clèves n'a rien de désobligeant pour M. A première vue, en effet, le refus de Mme de Clèves pourrait plutôt être considéré comme quelque peu désobligeant. Ce qui aurait été vraiment obligeant, semble-t-il, c'est, au contraire, de répondre à sa politesse et de reconnaître sans difficulté qu'elle avait deviné qui il était, comme lui-même avait reconnu qu'il avait deviné qui elle était.

Si la reine dauphine dit que le refus de Mme de Clèves d'avouer qu'elle l'a reconnu a quelque chose d'obligeant pour lui, la princesse de clèves la rencontre, c'est parce qu'elle devine que la vue de M. Car, en soi, le fait que Mme de Clèves ait reconnu M. Elle connaît maintenant tous les hommes de la cour sauf M. Quoi d'étonnant donc que, devant un homme qu'elle n'a encore jamais vu et dont l'apparence correspond aux descriptions qu'on lui a faites de M.

Il n'y aurait donc rien de compromettant pour elle à avouer qu'elle a reconnu M. Mais, si Mme de La princesse de clèves la rencontre ne veut la princesse de clèves la rencontre, n'ose pas l'avouer, c'est que cette reconnaissance n'a pas été une simple et froide déduction logique; c'est qu'elle n'a pas reconnu M.

Nul doute que la remarque de la reine dauphine n'augmente encore l'embarras de Mme de Clèves, même si, bien moins encore que la reine dauphine ne le fait elle-même, elle ne peut en apprécier l'exacte portée. Et, si peut-être l'auteur de cette remarque, la reine dauphine l'aura vite oubliée, il y a tout lieu de penser que Mme de Clèves, elle, ne l'oubliera pas. Cette remarque va rester dans son esprit, et, en même temps que, d'une manière très lente et très progressive, la passion que, dès le premier regard, lui a inspirée M.

Et c'est seulement le jour où elle prendra clairement et complètement conscience de la passion qu'elle nourrit pour M.

 

Madame de La Fayette, La princesse de Clèves : Scène du bal- Commentaire composé

 

la princesse de clèves la rencontre

 

Elle voyait qu'il prenait des liaisons avec la reine ; de sorte que le connétable la trouva disposée à s'unir avec lui, et à entrer dans son alliance, par le mariage de mademoiselle de La Marck, sa petite fille, avec monsieur d'Anville, son second fils, qui succéda depuis à sa charge sous le règne de Charles IX. Le La Princesse de Clèves. La Princesse de Clèves. La rencontre chez le joaillier.. Recherche parmi + dissertations. Par Théo Patron • 25 Juin • Commentaire de texte • 1 Mots (6 Pages) • 1 Vues. Page 1 sur 6. Mme de Lafayette. La Princesse de Clèves. La rencontre chez le joaillier/5(1). La reine les interrompit pour faire continuer le bal; M. de Nemours prit la reine dauphine. Cette princesse était d'une parfaite beauté et avait paru telle aux yeux de M. de Nemours avant qu'il allât en Flandre; mais, de tout le soir, il ne put admirer que Mme de Clèves. Madame de La Fayette, La princesse de Clèves4/5(3).